Baies de Schisandra Wuwei zi توت الشيساندرا

Nouveau produit

Les baies de Schisandra poussent en Chine et en Russie. Et c'est par la médecine traditionnelle de ces 2 pays qu'elles se sont fait connaître.

Plus de détails

89,00 DH

- +

 
En savoir plus

En bref:

Les baies de Schisandra ( Schisandra Chinensis, Schizandra, Wuwei Zi ) appartiennent à la famille des illiciacées, comme la badiane (anis étoilé). Elles poussent en Chine et en Russie. Et c'est par la médecine traditionnelle de ces 2 pays qu'elles se sont fait connaître.

Ces baies comestibles sont en effet utilisées depuis très longtemps dans les pathologies gastriques, respiratoires et cardiovasculaires.

Mais elles sont aussi réputées pour améliorer les performances physiques et mentales, la vision, pour protéger le foie et ralentir le vieillissement prématuré… 

De plus elles font partie des plantes adaptogènes qui permettent à ceux qui l'utilisent de s'adapter et de faire face à tout type de stress.

Elles sont aussi connues pour être les  "baies aux cinq saveurs", car elles regroupent les saveurs piquantes, sucrées, salées, aigres et amères.

Bref, un bon nombre de particularités qui en font une plante aux vertus exceptionnelles.

Bienfaits & Vertus:

Action antidiabétique

La pulpe du fruit de schizandra permettrait de diminuer la glycémie sanguine en inhibant certaines enzymes dont le rôle est de faciliter l'absorption des glucides par le tube digestif et les voies rénales.

Ces actions sur l'absorption du glucose sont donc prometteuses dans le traitement du diabète en général.

De plus il a été démontré que ces fruits permettaient de diminuer la résistance à l’insuline qui est un facteur aggravant du diabète.

Enfin, la schisandrine est aussi efficace dans la protection des vaisseaux sanguins qui peuvent être endommagés par une hyperglycémie régulière.    

Métabolisme des lipides et protection du foie

Certaines études sur des souris ont pu montrer le rôle de la schisandrine dans la réduction des lipides stockés dans les cellules de l’organisme. 

De même il a été observé que l’extrait de schisandra a entrainé une baisse du “mauvais” cholestérol, du cholestérol total et des triglycérides chez des hamsters. 

En augmentant l'activité des enzymes hépatiques, le schisandra pourrait jouer un rôle protecteur sur le foie comme cela a pu être observé lors d'une étude sur des patients indonésiens souffrant de pathologies du foie.

 

Propriétés antimicrobiennes

L’huile de graines de schisandra a prouvé son efficacité contre plusieurs bactéries in vitro, comme la Salmonella Enterica et Listeria Monocytogenes, le bacille responsable de la fièvre typhoïde, le Staphylococcus Aureus souvent responsable des furoncles, panaris, pneumonies, infections urinaires… 

Certaines études encore maigres mais porteuses d’espoir ont aussi mis en évidence le rôle potentiel de la schisandrine B et de la désoxyschisandrine dans la réplication du VIH.

 

Anti-cancer

Plusieurs études ont pu montrer les propriétés antiprolifératives du Schisandra sur plusieurs lignées cellulaires cancéreuses comme le cancer du foie, du poumon et du sein par un processus entrainant le suicide des cellules cancéreuses (activité pro-apoptotique)

De même il peut inhiber la prolifération des cellules cancéreuses colorectales, sans effet négatif sur les cellules saines.

Il aide aussi à prévenir la formation de métastases, c’est-à-dire la migration des cellules tumorales.

D'autres études cliniques manquent aujourd’hui pour confirmer ces activités et leur exploitation dans le traitement du cancer, mais les premières études effectuées s'avèrent très prometteuses.  

 

Antioxydant et anti-âge

Le Schisandra possède des propriétés anti oxydantes exceptionnelles que l’on retrouve dans la photo protection de la peau qui s’oxyde  sous l’effet des rayons UV du soleil, ainsi que dans la protection des mitochondries (composants cellulaires fortement impliqués dans le vieillissement de l’organisme).

 

Rôle neuroprotecteur

Le déclin cognitif est aussi une conséquence du vieillissement. Une étude effectuée sur des rats a montré l’amélioration de ce déclin après  un traitement à base de schisandra 

Cet effet neuroprotecteur a aussi été constaté  dans la lutte contre  la maladie d’Alzheimer et de Parkinson.

 

Énergie et endurance, physique et mentale

L’effet positif du schisandra sur le gain d’énergie a été étudié chez les chevaux de course. Il a été observé une baisse d’acide lactique qui a permis de réduire les tensions musculaires et d’améliorer la récupération, accroissant ainsi les performances et limitant la fréquence cardiaque et respiratoire.

Par ailleurs, on a pu observer l’augmentation des performances d’une centaine de sportifs ayant pris du Schisandra notamment par la libération d’oxyde nitrique et de cortisol.

Côté mental, une étude a démontré  l’effet positif de plusieurs plantes adaptogènes, dont le schizandra, sur la gestion du stress et les performances mentales

 

Anti-inflammatoire

Dans  le cas de l’arthrose, il a été montré que l’administration d’un extrait de schisandra diminuait la production de molécules inflammatoires, ce qui entraine une protection des chondrocytes, les cellules constituant le cartilage.

 

Action immunomodulatoire 

Des études ont pu montrer un effet global sur l’action de certains globules blancs ainsi que sur le le taux d’immunoglobulines E, impliqué notamment dans la réaction de l’asthme allergique.

 

Dépression et état dépressif

Les effets du schisandra dans la lutte contre l’état dépressif a été documenté par des études sur des souris. Elles montrent  un effet antidépresseur certainement lié aux circuits de la dopamine et de la noradrénaline qui sont sous exprimés pendant une dépression.

 

Symptômes de la ménopause

Une étude randomisée en double aveugle sur une trentaine de femmes a prouvé les bienfaits du schizandra sur les symptômes de la ménopause dont  les bouffées de chaleurs, la transpiration et les palpitations cardiaques.

Utilisation & Posologie:

Les baies du schisandra peuvent être consommées entières ou réduites en poudre, puis mélangées à une boisson, une compote, un yahourt, une salade... 

Il n’existe pas de recommandation officielle sur le dosage quotidien mais il est communément admis qu'une dose journalière de 1,5g à 6g donne des effets positifs s'il est pris en cure, le matin à jeûn étant le meilleur moment. 

Comme avec beaucoup de plantes, il est conseillé de faire une pause de quelques jours toutes les 3 semaines pour que le corps ne s'habitue pas aux principes actifs, ce qui pourrait reduire les effets positifs

 

Précautions d'emploi:

Par précaution son utilisation n'est pas conseillée chez les femmes enceintes ou allaitantes ainsi que chez les enfants de moins de 16 ans.

Effets indésirables

Quelques rares cas de réactions allergiques cutanées et troubles gastriques ont été observés.

Interactions médicamenteuses

La prise de Schisandra peut interagir avec certains traitements (anticoagulants, vasodilatateurs…). 

Aussi, les usages traditionnels ont rapporté qu’il peut exister un risque en cas de glaucome, d’hypertension artérielle et d’ulcère gastrique.

Il faut donc être prudent et demander conseil à son médecin pour les personnes touchées par ces maladies.

 

Menu

Settings